Des mauvaises herbes utiles à ADÉQUAT

 

Valérie, adhérente d’ ADÉQUAT nous propose de partager sa passion d’herboriste, lors d’une rencontre à thème organisée par le centre social : les mauvaises herbes du jardin, appelées « les simples », peuvent être utiles à notre bien-être. Vous apprendrez à les reconnaitre et découvrirez leur utilité dans notre vie quotidienne. Peut-être aurez-vous même la chance de découvrir les petites recettes de Valérie. Ces rendez-vous invitent à l’échange et au partage de vos connaissances et habitudes de vie.

 

Rendez-vous le dimanche 2 juillet, de 10h à 12h

au lieu-dit La Rouche à Bourbon l’Archambault.

 

Cette rencontre est gratuite et ouverte à tous et toutes.

 

 

Informations : centre social ADÉQUAT

04.70.67.12.63. Demandez Marie

ou marie.adequat@orange.fr

 

 

 

 

 

 

 

Plantes évoquées lors de la rencontre:

 

Nom commun : CHARDON BENI,

Centaurée bénite, Safran sauvage, Centaurée sudorifique

Nom latin : Cnicus benedictus L.

Famille : Asteraceae

Ignorée dans l’Antiquité et au Moyen-âge, elle devint très populaire au XVIème siècle. Au XIXème, on l’a presque oublié

« Bénit » à cause des propriétés merveilleuses attribués à ce végétal dès le XVIème siècle.

Parties utilisées : parties aériennes fleuries à saveur amère.

Sphère digestive : foie Cholagogue

Elle facilite la digestion en stimulant les sécrétions salivaires, gastriques et au niveau de l’intestin grêle et en stimulant la motilité de l’estomac.

Cholagogue. Pour le manque d’appétit, atonie digestive.

Sphère respiratoire : fièvre (fébrifuge et sudorifique)

Sphère rénale et ostéo-articulaire

Diurèse insuffisante

Aussi anti-infectieuse, anti –inflammatoire, diurétique.

En externe, problème de cicatrisation, petites plaies. (décocté)

Vin de Chardon béni : faire macérer 50g de chardon béni dans 1l de vin bouillant. Sucrer au miel et prendre 3 verres de bordeaux par jour.

CHARDON MARIE, lait de Notre Dame, Chardon argenté, Epine blanche

Nom latin: Silybum marianum L.

Famille :Asteraceae

Une légende veut que la Vierge Marie, voyageant d’Egypte en Judée pour échapper à Hérode, aurait caché l’enfant Jésus sous un bosquet de Chardons, où elle lui aurait donné le sein. Quelques gouttes de son lait tombèrent sur les feuilles, d’où les nervures blanches caractéristiques de ce chardon.

Parties utilisés : fruits sans odeur mûrs dépourvus de Pappus et feuille

Sphère digestive : foie

Hépato protecteur puissant (et permet la régénération des hépacytes), anti oxydant

Hépatites virales et médicamenteuses, cirrhose et stéatose, calculs biliaires, états congestifs chroniques du foie

Système cardio vasculaire

Amélioration des hémorroïdes et varices.

En agissant globalement sur le foie qui gère la répartition du sang dans l’organisme, elle agit sur la circulation veineuse et artérielle

CHICOREE, Herbe de capucins, cheveux de paysans, chicorée amère, ecourbette, Laideron, Yeux de chats…

Nom latin : Cichorium intybus L.

Utilisée comme légume à partir du

XVIIème s.

et la racine torréfiées a servi de succédané

au café depuis le blocus occidental de Napoléon.

Parties utilisées : racine et feuilles récoltées avant

L’ouverture des fleurs, saveur amère.

Sphère digestive : foie

Tonique amer, cholérétique et Cholagogue, diurétique, anti-inflammatoire,...

Manque d’appétit, atonie digestive et générale et dyspepsie, troubles du transit

Plante de cure de printemps

En infusé : 8 à 15g de feuilles par l d’eau, infuser 10 min, 2 à 3 tasses par jour

En décocté : 15 à 60g de racines par l d’eau, 1 tasse avant les repas

Sirop de chicorée : laxatif et dépuratif

Exprimer feuilles et racines ( 100g de plante pour 1/2l d’eau), faire bouillir 5 min, infuser 10 min ; ajouter 500g de sucre, laisser réduire à feu doux jusqu’à l’obtention d’un sirop. Prendre 2 à 4 cu. À café.

PILOSELLE, épervière, oreille de souris, veluette, herbe à epervier

Nom latin : hieracium pilosella

Famille : Asteracea

Le nom « hierax » signifie « épervier »

Les anciens racontaient que cet oiseau

de proie mangeait la plante pour

aiguiser sa vue.

Parties utilisées : plante entière à saveur amère et très astringente.

Sphère osteo articulaire : Goutte

Sphère urinaire : cystite

Sphère respiratoire : toux grasse

Autres : oedèmes des membres inférieurs, cellulite, rétention d’eau

Voie externe : cicatrisation des petites plaies

Recette contre la rétention d’eau, œdème des membres inférieurs:

Décoction à base de 40 à 50 g de plante séchée pour 1l d’eau. Laisser bouillir 5min. 3 à 4 tasses par jour

Voie externe :

Suc : inflammation des yeux

Cataplasme de feuilles fraiches sur plaies et ulcères

Plante utilisée pour son tropisme rénal

Activités hypocholestérolémiante, anti– athéromateuse et antibiotique rarement mis à profit

PISSENLIT, dent de lion, salade de taupe, laitue de chien, couronne de moine,…

Nom latin : Taraxacum officinale L.

Famille : Asteraceae

« le pissenlit rince le filtre rénal et essore

L’éponge hépatique » Dc BREL

Le nom « taraxacum » en grec signifie : guérir les yeux. Au XVe s., Bock et Tabern Demontanus le nomme « pisse-en-lit » en raison des ses propriétés diurétique. Au XIXe., les suisses l’appellent « franzosalat » tellement étonnés de voir les français le manger en salade

Parties utilisées : feuilles (ramassées au printemps), et racine (automne)

Sphère urinaire : cystite

Sphère digestive : hépatopathies, troubles digestifs, constipation légère, diabète avec excès de cholestérol

Sphère ostéo-articulaire : goutte et maladies rhumatismales

Sphère cutanée : eczéma, dermatoses : dartres, acné

Voie externe : dermatoses, taches de rousseur

Tisane dépurative dans les maladies de peau

Préparer le mélange de racines de pissenlit (40g), bardane (40g). 4 cu; à soupe pour 1l d’eau, ébullition 3 min, infuser 10 min, à boire dans la journée, 25 jours par mois, par cure de 3 mois

Vin de pissenlit :

250g de fleurs séchées, 3,750kg de sucre, 375g de raisins secs,1 gousse de vanille, 1 citron en tranches, 1 noix de levure de bière, 10l d’eau. Faire bouillir les fleurs dans l’eau, ajouter les ingrédients, laisser en bombonne 2 mois couverte d’un chiffon, passer et mettre en bouteille

EGLANTIER, rosier des chiens, gratte cul, …

Nom latin : Rosa canina L.

Famille : Rosaceae

Le nom « rose des chiens » avaient été donné car les racines

Étaient utilisées pour soigner la rage.

Le pseudo fruit de l’églantier n’a été introduit en thérapeutique

Que vers la fin du Moyen-âge où il était utilisé comme astringent, diurétique et antiscorbutique

Parties utilisées : pseudo-fruit appelé cynorrhodon à odeur fruité et à saveur sucrée, acidulée, agréable

Pour augmenter les défenses immunitaires

Sphère digestive : gastrite, troubles intestinaux

Sphère urinaire : cystite

Sphère ostéo articulaire : rhumatisme, goutte

Sphère circulatoire : fragilité capillaire

Recettes traditionnelles :

Poils de cynorrhodons : vermifuge (150mg de poils enrobés dans du miel et absorbés à jeun « tuent » les ascaris sans provoquer d’irritations

Conserve : augment la résistance de l’organisme : broyer soigneusement avec leur poids de sucre les cynorrhodons fendus en 2 et débarrassés de leurs pépins

Semence : sédatives : infusées à 1 ou 3%, elles combattent l’insomnie et se recommandent dans l’anxiété, la nervosité, les palpitations

Plante commune riche en vitamine C donc très intéressante dans toutes les pathologies infectieuses (préventif et curatif) et les états d’asthénie

GUIMAUVE, mauve blanche, bourdon de st- Jacques,….

Nom latin : Althea officinalis L.

Famille : Malvaceae

Connue depuis la plus haute Antiquité comme émollient, Au XVIe., elle est toujours utilisées et l’on mentionne une longue liste d’indications : maux d’estomac, entérites, toux, diarrhée, maux de gorge, de dents, de gencives, d’oreille

Parties utilisées : fleurs, feuilles et surtout racines

Sphère respiratoire: toux des infections respiratoires (laryngite, trachéite, bronchite), toux irritative du fumeur, toux coquelucheuse

Sphère digestive : gastrites et ulcères, colite et toutes inflammations de l’intestin, constipation, diarrhées

Sphère urinaire : cystite, vessie irritable

Voie externe : inflammations bucco-pharyngées (aphte, gingivite, extraction dentaire), maturation des abcès, toux, maux de gorge

En macérât de racine pendant 2h comme adoucissant au niveau du tube digestif et comme expectorant; on fait macérer 30g de racines coupées séchées dans 1l d’eau froide pendant 2h, ensuite chauffer à feu doux jusqu’à 50°, sucrer au miel, 3 tasses/jour

En infusé on utilise les fleurs et feuilles, 10 à 20g/l, infusion 10 min, 4 à 5 tasses/jour, sucrer au miel (complète l’effet adoucissant)

Les bâtons de guimauves sont utilisés pour soulager les poussées dentaires des bébés depuis plusieurs générations

Les feuilles fraiches comme pansement contre les piqures d’insecte !

PLANTAIN, bonne mère, herbe aux piqures, oeil de chien,…

Nom latin : Plantago lanceolata L.

Famille : plantaginaceae

Les paysans connaissaient bien le plantain comme pansement

D’urgence en cas de blessures. Les Amérindiens utilisaient

Les feuilles de plantain pour soigner les écorchures, les foulures, les irritations oculaires, les piqures d’ortie

Partie utilisée : feuilles

Sphère respiratoire : inflammations des voies respiratoire supérieures, asthme, allergies saisonnières, toux allergique, irritatives

Autres : cystite, gastrite, crampe d’estomac, douleurs hépatiques, colites

Voie externe : affections dermatologiques, trachéite, pharyngite, piqures d’insectes, allergies cutanées, démangeaisons, conjonctivite, inflammation des gencives

Infusion : 1 cu. À soupe de feuilles sèches/ bol

En cataplasme : laver et broyer les feuilles fraiches pour les irritations cutanées, les piqures, faire murir les furoncles

Recette en cas de rhume : mélanger 50g de thym, 40g de fleurs de sureau, 40g de feuilles de plantain. Mettre une cu à soupe du mélange pour 1/4l d’eau. Porter à ébullition et laisser infuser 6 min hors du feu. Filtrer et boire2 à 3 tasses par jour en dehors des repas.

Plante très intéressante dans les problèmes allergiques (externe et interne)

Pas de toxicité

PULMONAIRE, herbe aux poumons, coucou bleu, sauge de Jérusalem, sauge de Bethléem

Nom latin : Pulmonaria officinalis L.

Famille : Boraginaceae

« Pulmonaire » probablement parce qu’elle

Était utilisée pour soigner les poumons

Et à cause de la théorie des signatures

Apparaît au XVIe s., contre les ulcères des poumons, les crachements de sang

Parties utilisées : feuilles de la 1ère année, sans odeur particulière et à saveur légèrement mucilagineuse.

Sphère respiratoire : toux, bronchite chronique, sclérose du tissu pulmonaire,

sphère digestive : diarrhées

Voie externe : dermatoses, hémorroïdes, dartres (cataplasmes), inflammations de la cavité buccales (décoction)

Émollient (à l’état frais), expectorant, sudorifique, antitussif, astringent, diurétique et reminéralisant par voie interne

Adoucissante et vulnéraires en externe

En infusé : 30 à 50g/l d’eau (il est préférable de prendre la plante fraiche si l’on veut utiliser les propriétés pectorales de la plante), infuser 10min ; pour fortifier les bronches, calmer l’inflammation, apaiser la toux, aider à l’expectoration.

RONCE, murier sauvage, murier des haies, murier de renard, catimuron

Nom latin : Rubus fruticosus L.

Famille : Rosaceae

Les fruits servaient de nourriture dans la Pré-Histoire, connue de Theophraste au IVè s. av. JC

Et Dioscoride (1er s. ap. JC° qui mentionnent les propriétés astringentes : raffermit les gencives, tonifie l’utérus, soigne les hémorroïdes.

Parties utilisées : feuilles (du printemps) dont l’odeur est fine, agréable et la saveur astringente.

Sphère circulatoire : insuffisance veineuse, hémorroïdes. Métrorragie

Sphère digestive : diarrhées légères, gastrite

Voie externe : aphtes, cicatrisation des blessures, maux de gorges

Astringent, anti-diarrhéique, vaso-constricteur, protecteur capillaire : toutes ces propriétés découlent de la présence de tanins.

En décocté : 40 à 50g de feuilles/l d’eau, ébullition 2 min, infusion 10 min

Voie externe : e décocté concentré : 50 à 100g/l : gargarismes contre les angines, las pharyngites. Bain de bouche, stomatites, maux de dents, inflammations des gencives

Liqueur de mures : faire macérer 1l de jus de mures dans 2l d’eau de vie pendant 3 semaines. Filtrer et ajouter 700g de sucre préalablement mouillé avec 1 verre d’eau. Mélanger et mettre en bouteille pour laisser vieillir 2 à 3 mois avant dégustation

Thé de ronce : prendre 2 part de feuilles de ronce et 1 part de feuille de framboisier, laisser flétrir, hacher grossièrement, mouiller, nouer dans un linge, 2-3 jours de séchages

REINE DES PRES, belle des prés, barbe de chèvre, pied de bouc, fleur des abeilles

Nom latin : Filipendula ulmaria (L.) Maxim.

Famille : Rosaceae

Citée au Moyen-âge (plante sacrée des druides)

Mais utilisée en médecine à partir du XVIIIe s., en

Décoction vineuse comme astringente, la racine est utilisée

Contre les fièvres malignes. C‘est bien plus tard qu’elle

Retrouvera ses qualités de Reine.

Parties utilisées : sommités fleuries à odeur faible mais après froissement, odeur aromatique.

Sphère osteo articulaire : manifestations articulaires douloureuses, goutte

Autres : pour faciliter l’élimination urinaire, fièvre légère, état grippal

Utiliser de l’eau frémissante (90°) car il y a évaporation des dérivés salicylés à 100°

Tisane refroidissement, syndrome grippal : reine des près 20g, tilleul 30g, fleurs de sureau 30g, cynorrhodon 20g ; 4 cu. À soupe rase/l d’eau; porter presque à ébullition et laisser infuser 10 min ; plusieurs tasses/ jour bien chaudes.

On la déconseillera aux personnes allergiques aux salicylés et on l’utilisera avec grande précaution chez les personnes sous traitement anticoagulant.

Plante à l’origine de l’aspirine, très intéressante par son activité anti-inflammatoire et antalgique. UN « grande médicinale »

MILLEPERTUIS, herbe de la st-Jean, chasse diable, herbe percée, herbe à mille trous,…

Nom latin : Hypericum perforatum L.

Famille : Hypericaceae

,

Le grand Paracelse qualifia le millepertuis d’arnica des nerfs.

Pour les problèmes de peau, l’huile de millepertuis

agit en tant qu’anti-inflammatoire, et

est en particulier utilisée pour les brulures

dues à l’exposition au soleil. En Provence, l’huile

rouge jouit d’une réputation méritée pour les coups de soleil. Elle peut aussi être appliquée sur tout type d’éraflures, brulures, érythèmes et peaux sèches et s’avèrera nourrissante. .

Le millepertuis calme les inflammations locales et favorise une meilleure circulation autour d’un traumatisme, aidant ainsi à réduire un œdème. Pour les cas de bleus, ecchymoses, contorsions musculaires, appliquez localement une huile ou une teinture mère de millepertuis diluée (compresses). Pour ces cas-là, il se mélange évidemment très bien avec l’arnica.

On notera l’association en médecine chinoise entre colère et foie, et on se rappellera que le millepertuis est aussi une plante du foie.

Pour l’alcoolature de millepertuis frais : utiliser 200 ml d’alcool à 80°ou plus pour chaque 100 g de plante (c’est-à-dire une proportion de 1:2);

Pour l’alcoolature de millepertuis sec : utiliser 500 ml d’alcool à 45° pour chaque 100 g de plante (c’est-à-dire une proportion de 1:5).